Fusion nucléaire

Powering the future

Edwards se met au service de la fusion nucléaire

La recherche dans ce domaine implique en grande partie différentes tentatives visant à recréer une réaction semblable à celle qui se produit dans le soleil, en fusionnant deux types d'hydrogène, le deutérium et le tritium, pour créer de l'hélium. Une énergie considérable est nécessaire, car le gaz doit être chauffé à des températures très élevées, jusqu'à 100 millions de degrés Celsius, ce qui le transforme en plasma.

La recherche sur la fusion nucléaire implique, dans une large mesure, une bonne compréhension du comportement du plasma.


L'un des principaux défis auxquels les scientifiques sont confrontés est la capacité à entretenir l'état du plasma en maintenant la pression adéquate. Il est donc nécessaire de mettre en place, à grande échelle, des systèmes de vide efficaces, qui garantissent un vide ultra poussé dans les grandes cuves de réacteur ou dans le système cryogénique entourant les bobines de champ magnétique supraconductrices, et qui peuvent supporter des températures très élevées, des rayonnements ionisants et des champs magnétiques élevés.

Pour répondre à ces demandes en constante évolution, Edwards a conçu et développé une pompe sur mesure, basée sur sa technologie de pompe turbomoléculaire nEXT.

Cela sera évalué dans certaines des principales installations de recherche, y compris le réacteur thermonucléaire expérimental international ITER. Dotée d'une enveloppe unique et capable de résister aux radiations, placée autour de son rotor et de ses composants électroniques, la pompe est également capable de fournir une résistance magnétique accrue. Grâce à cela, ainsi qu'à la possibilité pour l'utilisateur final d'effectuer l'entretien lui-même, cette solution est idéale pour les installations de recherche nucléaire.